Biathlon – Mondiaux (H) – Mondiaux : quatre choses à savoir sur Arnd Peiffer, vainqueur de l'individuel

0
6

Arnd Peiffer a été titré sur l’individuel lors des Championnats du monde, mercredi, en Suède. Déjà titré aux Mondiaux sur le sprint, en 2011, l’Allemand est un superstitieux : il mange une banane trente minutes précisément avant le début d’une épreuve.

Il n’est pas un spécialiste de l’individuel

C’est une épreuve peu disputée, mais depuis ses débuts en Coupe du monde en 2008, il n’était jamais monté sur un podium en individuel. Que ce soit lors des Jeux Olympiques (21e à Pyeongchang en 2018), les Championnats du monde (7e à Ruhpolding en 2012), ou en Coupe du monde, l’individuel ne lui a jamais souri. Au classement général de la Coupe du monde, il n’a jamais terminé dans le top 10 de l’épreuve (12e lors de la saison 2011-12). Belle revanche à Östersund (Suède).

Arnd Peiffer remporte l’or sur l’individuel

On a failli ne pas le voir sur le pas de tir

En 2006, alors qu’il est encore junior, il pense à arrêter le biathlon puisque ses résultats ne sont pas assez concluants chez les jeunes. C’est Franck Spengler, l’entraîneur des juniors allemands de l’époque, qui le persuade de continuer. Et il a eu raison. Lors des Championnats du monde juniors en 2008 à Ruhpolding (Allemagne), il monte sur le podium à deux reprises : il termine troisième du sprint et du relais hommes.

Desthieux : « Il y avait un bon coup à jouer »

Champion olympique contre vents et marées

Avant de prendre le départ du sprint aux JO de Pyeongchang en 2018, il avait eu son lot de soucis. Une carabiné cassée, des clés perdues et une blessure au coude droit, il n’était pas dans les meilleures dispositions pour prendre le départ de cette épreuve. C’était sans compter sur son coach Marc Kirchner, triple champion olympique (médaillé d’or sur le sprint et le relais en 1992 à Albertville et sur le relais en 1994 à Lillehammer), qui lui avait dit « tu as le dossard 22. C’est celui que j’avais quand je suis devenu champion du monde, c’est un signe… ». Devin.

Fourcade : « J’ai envie de tourner la page »

Jamais sans sa banane

Après son titre olympique sur le sprint, Arnd Peiffer (31 ans) revenait sur le secret de son succès. Superstitieux, il ne prend jamais le départ d’une course s’il n’a pas mangé sa banane trente minutes précisément avant le début d’une épreuve. « C’est mon secret, peu importe si elle est grande ou petite, je m’en tiens au rituel. »


Elena Cervelle

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here