Coupe Davis – Coupe Davis : le système de relégation/promotion fait polémique

0
6

Plusieurs pays ont perdu en coulisses le droit à monter à l’échelon supérieur qu’ils avaient obtenu sur le terrain, au nom d’un règlement dur à suivre.

Il règne un gros malaise dans les divisions secondaires en Coupe Davis, comme en témoigne ce qui vient d’arriver notamment aux équipes de Monaco, du Luxembourg et de la Pologne, qui avaient gagné sur le terrain le droit de monter de division, avant d’être les victimes du nouveau système de relégation/promotion basé sur un système de classement des nations terriblement alambiqué.

Partie en Bulgarie pour le tournoi qualificatif pour la remontée pour le Groupe 2, l’équipe de Monaco (Arneodo, Catarina, Balleret, Oger), sortie de sa poule, a battu l’équipe de Bulgarie en finale ce week-end (2-1). Avant d’apprendre, avant le tirage qui aura lieu mercredi, que c’était la… Bulgarie qui allait monter. « Et personne ne nous avait prévenu, se plaint le capitaine Guillaume Couillard. On l’a appris en regardant Internet. On ne le savait évidemment pas avant d’aller en Bulgarie. On a galéré dur, on en bavé. Pour rien. Ça ne sert à rien de jouer… On a la gueule de bois. C’est du grand n’importe quoi. Et c’est même trop tard pour un recours car le tirage au sort du Groupe 2 arrive tout de suite. »

« Se battre pour rien, ça ne mènera nulle part »

La même mésaventure est arrivée à la Pologne, qui avait été sanctionnée d’une rétrogradation il y a quelques années. Mais après avoir gagné toutes ses rencontres ce week-end, elle pensait bien remonter dans le groupe 1, avant d’apprendre qu’elle… descendait dans le groupe 3. Quant au Luxembourg du capitaine Gilles Muller, il a gagné face à la Géorgie le droit de monter dans le groupe 2, avant de voir que cet honneur sera réservé à sa victime.

Quel est le sens de tout ça ? Il est difficile de comprendre pourquoi les résultats acquis sur le terrain n’influent pas directement sur les montées, alors que le classement des nations servait avant tout à déterminer les têtes de série. « J’espère que ça a seulement à voir avec la transition que l’on vit actuellement, ose croire Guillaume Couillard. Sinon, se battre pour rien, ça ne mène ra nulle part. »


F. Ra.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here