Rallye – WRC – Mexique – Sébastien Ogier émerge du chaos lors de la première étape

0
3

Sébastien Ogier est sorti en tête d’une première journée de course qui a fait des dégâts derrière le pilote Citroën.

Comme redouté, les chemins caillouteux des montagnes entourant la ville de Leon, capitale mondiale autoproclamée de la chaussure, ont fait des dégâts. C’est Teemu Suninen (M-Sport-Ford), le héros malheureux du Rallye de Suède, qui est parti à la faute en premier, d’entrée de jeu. C’est ensuite sur Hyundai que le malheur est tombé. D’abord avec l’abandon de Mikkelsen (ES 5), après un choc contre une grosse pierre alors qu’il était en tête de la course. Ensuite avec le retrait de Dani Sordo sur la liaison menant à l’ES 7, à cause d’une panne électrique sur sa i20 WRC. L’Espagnol, qui débutait là sa saison après avoir laissé le volant de la Hyundai à Sébastien Loeb au Monte-Carlo et en Corse, était le seul pilote capable de suivre le rythme imposé par Sébastien Ogier. Le quatrième abandon de la journée, sur les dix WRC au départ, concernait la Toyota de Jari-Matti Latvala, tombée en rade sur la route qui menait les concurrents vers Leon, où se déroulaient les deux dernières spéciales de la journée.

Cette hécatombe faisait les affaires de Ott Tänak et Thierry Neuville, heureux de terminer une journée laborieuse en quatrième et sixième position. L’Estonien, leader du Championnat, n’avait pas été en mesure de combler le handicap de sa première position sur la route et a concédé 37 » à l’homme de tête sans vraiment pouvoir lutter. «J’ai fait tout ce que j’ai pu, j’ai attaqué toute la journée et je me suis même fait quelques frayeurs, résumait le pilote Toyota. Heureusement, on aura une position de départ plus favorable demain.»

Ogier : «Il faudra éviter les pierres baladeuses»

Quant au Belge, il avait perdu 45 » d’entrée en raison d’une crevaison lente après avoir heurté une pierre. «C’est une journée noire pour l’équipe, on a la chance d’être encore là contrairement à Andreas et à Dani mais on espérait tout de même un peu mieux, analysait Neuville. Je me suis battu avec la voiture toute la journée et les chronos n’étaient pas au rendez-vous, c’était compliqué.»

Sébastien Ogier, lui, a réussi à éviter les embûches et il est rentré à Leon en première position, avec quatre victoires de spéciales dans la poche et une avance de 14 »8 sur la Ford Fiesta de son ancien équipier chez M-Sport Elfyn Evans. Seule alerte de la journée pour le pilote Citroën : une crevaison lente qui lui a couté une poignée de secondes dans l’ES 7. «Il y a longtemps que je n’avais pas bénéficié d’une position de départ aussi favorable sur la terre et j’ai parfaitement exploité les traces de Ott et Thierry, se réjouissait le sextuple champion du monde. Je n’en ai pas fait plus que les autres années dans mon pilotage, mais les chronos sont bien meilleurs quand on n’est pas premier sur la route ! On est en bonne position, mais la journée de samedi est la plus longue du rallye et il faudra éviter les pierres baladeuses. Je pense qu’il ne va pas falloir longtemps à Ott pour remonter à la deuxième place, donc on a intérêt à gagner ce rallye. Il y a encore du boulot sur la voiture, tout n’est pas parfait, mais elle est tout de même performante.»


J. B. à Leon Mexique

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here