Tennis – ATP – Montpellier – Lucas Pouille, tenant du titre, battu par Marcos Baghdatis à Montpellier

0
5

Le numéro un français a perdu dès son entrée en lice face au Chypriote Marcos Baghdatis, jeudi soir, malgré quatre balles de premier set (7-6, 6-7, 6-4). Il ne conservera pas le titre conquis l’an passé.

Si vous êtes fan de matches décousus, attention, chef-d’oeuvre : après avoir perdu une première manche dans laquelle il avait mené 5-2 puis remporté la deuxième après être passé à deux points de la défaite (à 5-3, 30-15 contre lui), Lucas Pouille a encore joué à l’accordéon au dernier acte. Mené 3-1, il est revenu à 3-3 avant de laisser filer Marcos Baghdatis vers les quarts de finale (7-6, 6-7, 6-4 en 2 h 40).

Le tableau du tournoi

Tout avait pourtant si bien commencé… On jouait depuis vingt-cinq minutes et le plan se déroulait sans accroc : 5-2 pour lui et 15-40 sur le service de Baghdatis. Lucas Pouille déroulait le tennis qui l’avait conduit jusqu’à cette demi-finale de l’Open d’Australie, perdue il y a treize jours contre Novak Djokovic : une première balle qui crée des brèches et un coup droit qui s’y engouffre. Le Chypriote faisait ses trente-trois ans et le Français son 17e rang mondial. Mais un revers coupé dans la bande puis un ace de Baghdatis ont inversé la tendance.

Même soigné à la cuisse, Baghdatis a eu le dernier mot

La suite ? Des intentions pas toujours assez ancrées, des appuis pas toujours assez dynamiques et des coups pas toujours à l’intérieur du court. Jamais rien de totalement dramatique mais de l’erratique à foison. À 7-6, 5-3, 30-15 pour ce Baghdatis décidément bien en jambes ce jeudi soir, Lucas Pouille ne tenait plus qu’à un fil. Auquel il s’accrocha des deux mains en lâchant trois coups gagnants d’affilée. Deux coups droits et un retour de revers long de ligne.

Une fois revenu à un set partout, le plus dur était-il fait ? Non. Même soigné à la cuisse, à 2-1 puis à 3-2, le finaliste de l’Open d’Australie 2006 continua à contrer avec brio. « Baghda » lâcha même deux derniers gros services sur les deux derniers points, qui validèrent son billet pour un quart de finale accessible, ce vendredi, face à Radu Albot. « Il faut aller vers l’avant, essayer de rester agressif, c’est ce que je fais en ce moment, et ça marche, résuma Baghdatis au micro, sur le court. Gagner un match comme ça contre Lucas, c’est vraiment sympa pour moi. » Il était minuit passé, moins de dix-neuf heures avant son tour suivant.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here